COMMUNIQUÉ


FACE À LA XÉNOPHOBIE ET À LA POLITIQUE DU PILORI :

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ


Signez l’appel en ligne !

Les plus hautes autorités de l’État ont fait le choix de jeter à la vindicte publique des catégories entières de population : Roms et Gens du voyage accusés comme les étrangers d’être des fauteurs de troubles, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité, parents d’enfants délinquants, etc. Voici que le président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale.

Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche ne s’inscrit pas dans le débat légitime, dans une démocratie, sur la manière d’assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l’ordre public n’a pas à être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires, ni pour instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l’indépendance de la justice et à l’individualisation des peines.

La Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».

Nul, pas plus les élus de la nation que quiconque, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République.

Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile.

Nous appelons à une manifestation le samedi 4 septembre 2010, place de la République à Paris, à 14h00, et partout en France, afin de fêter le 140e anniversaire d’une République que nous voulons plus que jamais, libre, égale et fraternelle.

—> Liste des manifestations.

COMMUNIQUÉ

TOUS ENSEMBLE POUR LA RÉGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS

MANIFESTATION UNITAIRE

SAMEDI 10 OCTOBRE 2009

PARIS

Le « Ministère de la régularisation de tous les sans-papiers » a été ouvert en juillet dernier à Paris dans des locaux désaffectés de la CPAM du XVIIIè arrondissement.

Son objectif est d’accueillir et rassembler les collectifs de sans-papiers, de faire connaître ce qu’est la vie d’un sans-papier en France, et de constituer un lieu d’organisation de la lutte pour la régularisation de tous les sans-papiers.

La manifestation du 10 octobre partira à 14h00 des locaux occupés par le Ministère, 14 rue Baudelique – Métro Simplon – Ligne 4 pour se diriger vers le ministère de l’Immigration.

Les collectifs des sans-papiers et leurs soutiens appellent toutes les organisations politiques, syndicales, associatives et les citoyens à une manifestation unitaire le 10 octobre 2009

La vie d’un sans-papier en France, c’est :

Paroles d’un sans-papier :

« Quand tu es un sans-papier,

le logement, tu ne l’auras pas

le boulot, c’est difficile

le boulot de merde, c’est pour toi

les soins, tu n’y as pas droit. C’est la misère.

Nous sommes des milliers de sans-papiers qui travaillons, qui cotisons, qui payons nos impôts et qui n’avons droit à rien

Et puis, il y a la peur : les contrôles, les arrestations, les garde à vue, les centres de rétention, et les expulsions »

Les attaques :

Depuis l’ordonnance du 2 novembre 1945, la plupart des gouvernements qui se sont succédés ont durci les conditions d’entrée et de séjour des étrangers en France.

Ministère de l’immigration et de l’identité nationale, politique du cas par cas, immigration choisie, politique des quotas, délit de solidarité, appel à la délation… Les sans-papiers sont victimes d’une politique qui les maintient dans une zone de non-droit et dans la précarité administrative. Ces attaques fragilisent l’ensemble des salariés en voulant les mettre en concurrence.

paroles sans papiers

MANIFESTATION UNITAIRE SAMEDI 10 OCTOBRE A 14H

Départ du Ministère de la régularisation globale de tous les sans-papiers

(14 rue Baudelique – Métro Simplon – Ligne 4).

En direction du Ministère de l’immigration et de l’identité nationale.

* Le cas par cas, on n’en veut pas !

* Régularisation globale de tous les sans-papiers, sans condition.

* Abrogation des lois Pasqua, Debré,

* Chevènement, Sarkozy, Hortefeux, Besson.

* Liberté de circulation pour tous

* Arrêt des contrôles au faciès

* Fermeture des centres de rétention

* Arrêt des expulsions

* Égalité de tous les droits

Premiers signataires : CSP 75, ALIF sans-papiers, Coordination nationale des sans papiers (CNSP), Coordination 93 des sans papiers en lutte, CSP ST Juste 17e, Les oubliés de saint Paul de Nanterre, Collectif des sans papiers turcs et kurdes, comité de soutiens de la MECI, ACTIF Ensemble, ACTIT, ATMF, ATTAC, CEDETIM, Conscience Musulmane, Collectif Tribudom, COPAF, CRAN, DAL, Droits Devant, FASTI, FTCR, GISTI, le Haut conseil des Maliens de France, LDH 18e, MLA, MQJS, MRAP, PEACE BREATHER, RASCAS, Respaix, Réveil des consciences, SOS Casamance, CGT éduc 75, CGT éduc 93, CNT Education 75, Fédération Sud Education, Syndicat CGT Nettoiement Ville de Paris, Syndicat CGT de l’OPH de Paris, Union Syndicale Solidaires 75, Les Alternatifs, Alternative Libertaire, FASE, NPA, Les Verts, VP Partisans.

—> Télécharger le  tract de la manifestation.

COMMUNIQUÉ

LES MIGRANTS DE CALAIS MANIFESTENT

COMMUNIQUÉ DE L’ASSOCIATION SALAM

_090424-calais-migrants

Jeudi 23 avril 2009 lors de la visite du Ministre M. Besson à Calais

Après avoir été raflés ce mardi et encerclés dans la jungle ce jeudi pendant la visite du ministre Besson, les Migrants avaient décidé de manifester dans les rues calaisiennes pour dénoncer  le tout répressif de la politique de l’immigration en France, le non respect des Droits de l’Homme en France, l’absence de point d’eau ce qui nuit à leur santé, la destruction programmée de la jungle. Nos amis Migrants ont sollicité SALAM pour les aider à l’organisation de cette manifestation notamment au niveau du service d’ordre ainsi qu’une possibilité de filmer pour prévenir tout dérapage. Plus de 600 Migrants ont donc rejoint le centre ville dans un calme exemplaire. Nous leur avons servi le repas face au jardin Richelieu en cette soirée estivale où les promeneurs étaient très nombreux. La presse et FR3 ont pu couvrir cette manifestation. Une fois de plus nos amis Migrants nous ont donné une leçon de dignité , de respect des Droits de L’Homme et de démocratie !

ARTICLE DE LA VOIX DU NORD :

Hier en fin d’après-midi, les migrants ont manifesté dans les rues de la ville.

Le cortège arrivé au parc Richelieu, les bénévoles leur ont alors servi le repas habituel après avoir organisé la manifestation en une file régulière.

Organisée à l’initiative des migrants eux-mêmes, indiquait Sylvie Copyans, bénévole de l’association Salam, une manifestation a réuni deux cents clandestins, hier à l’heure du repas du soir. Son objet : dénoncer la destruction de la jungle, et des squats en général, annoncée jeudi par le ministre de l’Immigration Éric Besson lors de sa visite à Calais.

Les migrants se sont rassemblés au hangar Paul-Devot où Salam distribue habituellement le repas du soir. Ils sont partis vers le centre-ville.

Sur le parcours, scandant « So, so, solidarité », les migrants en ont appelé au soutien de la population, suscitant l’indifférence, voire des réactions négatives de la part des habitants qu’ils ont croisés.

COMMUNIQUÉ DE SALAM :

policiers-migrants-calais

Nous avons été très déçus de la visite du ministre Besson. Nous avons assisté simplement à un conseil des Migrants ni plus ni moins simplement présidé par monsieur le ministre alors que nous aurions souhaité débattre aussi de la politique migratoire. Nous n’épiloguerons pas sur l’ambiance de la réunion sachant dissocier le caractère de l’Homme que l’ ambiance de la réunion confirma et le Ministre de la République présent pour une réunion de travail. Tout d’abord félicitons-nous du retour de la possibilité d’entamer les procédures de demandes d’asile sur Calais et apprécions le désaveu de monsieur Besson à ses prédécesseurs qui en avaient supprimé la possibilité ! C’est une point très important que nous réclamions et que nous souhaiterions voir accompagner de la possibilité de domicilier les demandeurs au nom de l’association SALAM. Le transfert du lieu de distribution au quai Fournier est aussi un point positif notamment pour la tranquillité des riverains. Nous nous devons de dénoncer les mensonges et interprétations des situations. La jungle n’est pas une zone de non droit … la police y intervient jour et nuit. Le climat n’est pas tendu avec les Migrants. Les passeurs ne font pas régner la terreur etc…

De même, nous regrettons fortement le tout répressif prôné par le ministre Besson à l’image des centaines de représentants des forces de l’ordre qui avaient envahi la ville.

Une place de la mairie muselée par les forces de l’ordre. L’interdiction faite aux manifestants de disposer de pancartes revendicatives. Le quadrillage de la jungle pour immobiliser les Migrants dans la zone. Enfin nous remercions l’ensemble des militants qui étaient venus soutenir les Migrants à l’image de SOS soutien ô SP, RESF, Salam, étudiants de Calais et de Lille, Droit devant de Paris et autres soutiens individuels, la presse et les télévisions. Cependant nous étions très peu nombreux ! Et ne parlons pas de l’absence devenue rituelle des Politiques ! Pour conclure, regrettons le manque de solidarité des associations calaisiennes tellement criant que le ministre Besson en professionnel de la division en profita dès le début de la réunion s’offrant ainsi une paisible séance qui nous a pour le moins laissés sur notre faim !

COMMUNIQUÉ

MANIFESTATION :

FRANÇAIS, ÉTRANGERS : LEURS DROITS SONT NOS DROITS !

cimade

gisti

resf

Depuis plusieurs années, mais tout particulièrement au cours des derniers mois, les attaques se multiplient contre le droit des étrangers, et contre les associations et citoyens qui les soutiennent. La solidarité devient un délit, et les chiffres pèsent désormais plus lourd que les hommes puisque c’est au nom d’une politique « performante » en matière d’expulsions que chaque jour des hommes, des femmes et des enfants sont arrêtés, à domicile, au travail ou dans la rue, pour être placés en rétention avant leur expulsion.

TRAVAILLEURS SANS-PAPIERS ? COUPABLES !

Malgré les discours (discutables parce qu’ils opposent le droit à une vie familiale et privée au travail) sur une immigration de travail qui serait une immigration choisie et les annonces de régularisation des travailleurs étrangers, les critères sont tels que de nombreux étrangers, qui travaillent en France pour certains depuis plusieurs années, sont aujourd’hui arrêtés et expulsés pour avoir, en confiance, signalé leur situation, souvent avec le soutien d’un syndicat ou de leur employeur.

PARENTS D’ENFANTS SCOLARISES ? COUPABLES !

Fichiers d’écoliers imposés aux enseignants, arrestations de parents à domicile avec leurs enfants… La protection des enfants doit primer sur la politique du chiffre les enfants doivent pouvoir grandir et se construire sans subir une politique qui les dépasse. L’école doit rester un lieu d’apprentissage des savoirs et de la vie en société et non pas devenir un lieu d’insécurité.

AMOUREUX FRANCO-ETRANGERS ? COUPABLES !

Etre Français(e) mais amoureux(se) d’un Etranger signifie être suspect. A l’heure des échanges et de la mondialisation nous réclamons pour tous les couples le droit de s’aimer sans avoir à vivre dans la crainte d’un interrogatoire fouillant l’intimité et d’enquêtes sans fin, ou de séparations de plusieurs mois ou parfois plusieurs années.

CITOYENS SOLIDAIRES ? COUPABLES !

De Calais à Marseille, les exemples se multiplient de responsables associatifs et de simples citoyens poursuivis pour aide à l’entrée et au séjour irrégulier d’un étranger. La solidarité n’est pas un délit ! Nous dénonçons l’utilisation abusive de la loi qui visait à sanctionner ceux qui utilisent la misère des migrants à des fins lucratives et non à punir celles et ceux qui agissent en humanité.

SOCIETE CIVILE VIGILANTE ? COUPABLE !

Lors de la création des centres de rétention en 1984, le regard de la société civile, via la présence d’une association, la Cimade, a été voulu par le législateur. La publication du dernier appel d’offres constitue un danger pour la défense des étrangers retenus : il va réduire la mission associative en rétention à une simple information sur les droits en lieu et place d’une aide effective à l’exercice des droits, et mettre en concurrence des associations qui deviennent de fait des prestataires de service. La Cimade a fait, en vain à ce jour, des propositions pour assurer en lien avec d’autres cette mission.

Parce que les reculs sur la condition des étrangers s’inscrivent dans un projet global de société qui vise à affaiblir notre système de protection sociale, les services publics et surtout nos libertés à tous, nous, associations signataires, refusons cette logique de criminalisation et de précarisation des étrangers et de leurs soutiens.

Premiers signataires : Gisti, La Cimade, Resf

—> À Paris : rendez-vous à 14h30 devant le Cirque d’Hiver, Boulevard du Temple – M° Filles du Calvaire

—> À Lyon : rendez-vous à 10h à Grange Blanche