PUBLICATION

 

LA CRAZETTE

JOURNAL D’INFORMATIONS ET DE TÉMOIGNAGES

SUR LE CENTRE DE RÉTENTION ADMINSITRATIVE DU MESNIL AMELOT

Les centres de rétention administrative (CRA) sont peu connus du grand public et de la société civile.

Qu’est ce qu’un CRA ? C’est un lieu de privation de liberté, surveillé par la police de l’air et des frontières, où sont retenus des étrangers qui n’ont pas été en mesure de présenter les bons papiers au bon moment : l’antichambre de l’expulsion.

En Seine-et-Marne, La Cimade intervient pour aider les étrangers enfermés au CRA du Mesnil-Amelot.

Fidèle à sa mission de témoignage, elle souhaite par cette publication attirer l’attention des élus, des professionnels travaillant auprès des étrangers et des simples citoyens sur les réalités de la rétention administrative dans la région.

Le premier numéro a été publié en juillet 2011. Le second vient de l’être.

Vous y trouverez :

l’éditorial sur l’ouverture du nouveau camp de 240 places au Mesnil-Amelot ;

quelques chiffres sur les expulsions des derniers mois ;

un article sur l’enfermement des enfants ;

les absurdités de la rétention au quotidien ;

le témoignage d’un intervenant de La Cimade ;

des informations de l’Observatoire citoyen de la rétention 77.

Bonne lecture.

Les textes et les éléments statistiques ou graphiques ont été recueillis par l’équipe des intervenants de La Cimade au CRA du Mesnil-Amelot, vous pouvez les contacter par email der.mesnil.amelot@lacimade.org

—> LA CRAZETTE N°1

—> LA CRAZETTE N°2

LÉGISLATION

Il y a quelques jours, certains médias ont parlé des « sans papiers » arrêtés sur un chantier de construction au Mesnil Amelot. Ces personnes travaillaient à agrandir le centre de rétention. Le chantier dépendait du Ministère de la Défense : absurde et intolérable.

Centre de rétention en construction au Mesnil Amelot.

Nous avons donc pu lire, à juste titre, dans les journaux : « Clandestins, ils travaillaient à la construction de leur prison ».

Précisons que l’actuel « centre » de rétention au Mesnil Amelot peut contenir 140 personnes. Les nouveaux bâtiments devraient pouvoir compter 240 places supplémentaires.

Or, selon l’Article R553-3 du CESEDA (code de l’Entrée et du Séjour des Étrangers et du Droit d’Asile) : « Les centres de rétention administrative, dont la capacité d’accueil ne pourra pas dépasser 140 places, offrent aux étrangers retenus des équipements de type hôtelier et des prestations de restauration collective » (cet article du CESEDA est repris du décret 2005-617 (article 13) publié le 30 mais 2005).

Si l’État est dans l’illégalité en employant des personnes sans papiers, que penser du fait qu’il entreprenne de faire construire des centres dont la capacité « d’accueil » dépasserait celle définie par le nouveau code sur l’entrée et le séjour des étrangers ?

QUOTIDIEN

Deux films de Thi Bach Tuyet pour illustrer le quotidien au Mesnil Amelot, de part et d’autre de la grille…

Dans cette première vidéo réalisée en février 2007, nous pouvons voir et entendre quelques habitants du Mesnil Amelot interrogés sur le centre de rétention tout proche du village.

Dans cette seconde vidéo réalisée en juin 2007, un homme revient sur sa détention dans ce « centre », sur son quotidien, son ressenti, etc.

Pour compléter cet aperçu d’un quotidien particulier, celui du CRA (« centre de rétention administratif ») du Mesnil Amelot, je vous renvoie à l’article de Carine Eff publié dans la revue Vacarme à l’automne 2006.

L’auteure aborde certains aspects du quotidien dans ce « centre » mais revient aussi sur les procédures (certes changeantes – pour les derniers textes réglementaires, ne pas hésiter à consulter le site du GISTI) et sur l’arbitraire des jugements administratifs.