juin 2009


CHIFFRES

RAPPORT


« IMMIGRATION, QUALIFICATIONS ET MARCHÉ DU TRAVAIL »

discrimination

Le nombre d’immigrés en France est relativement stable depuis 20 ans.

proportion imigrés dans pop franc

Il y a 20 ans, on constatait une sur-représentation des hommes dans la population immigrée par rapport aux individus nés en en France, les natifs. Aujourd’hui, cette sur-représentation n’existe plus. La proportion d’hommes et de femmes dans les deux populations est similaire…

hommes femmes

Entre 1985 et 2005, le nombre de non-diplômés est largement supérieur dans la population immigrée que chez les natifs. Mais, chez les immigrés comme chez les natifs, le niveau d’éducation tend à s’accroître. Et en 2005, le nombre de personnes titulaires du baccalauréat est quasi identique chez les immigrés et chez les natifs. Pour les diplôme au moins égal à la licence, le nombre de titulaires immigrés dépassent même un peu celui des natifs.

education

En revanche, le taux de chômage est bien plus important dans la population immigrés. Il y a une forte sur-représentation des immigrés chômeurs : 18,3% de chômage contre 9,1% chez les natifs.

chomage

Plus de chômage mais aussi, des salaires plus faibles…

Par exemple, à caractéristiques observables identiques, les immigrés non diplômés gagnent moins que les natifs  non diplômés : 10% de moins pour les hommes et 17% de moins pour les femmes.

Il est possible de retrouver tous ces chiffres dans un rapport de Gilles Saint-Paul qui vient de nous être communiqué, intitulé « Immigration, qualifications et marché du travail ».

Ce rapport rappelle des chiffres qui étonnent…

Alors que la « politique migratoire française » est présentée comme devant favoriser une immigration par le travail,

Seulement 7 % des titres de séjours délivrés en 2005 correspondent à des motifs professionnels (cette part était de 28,2 % en 1997), contre près de 50 % pour des motifs familiaux (31,7 % en 1997)…

Ce rapport suggère aussi des pistes :

Il existe un bénéfice potentiel de l’immigration en tant que politique de main d’œuvre : les immigrés sont susceptibles d’avoir une mobilité géographique ou professionnelle plus grande que les natifs, ce qui permet de « fluidifier » le marché du travail du pays d’accueil en garantissant une élimination rapide des déséquilibres. Cette logique peut être transposée au plan européen […]

L’auteur, Gilles saint-Paul, nous commente ainsi son rapport :

La question migratoire est devenue un enjeu majeur de la politique de l’Union européenne et la plupart de ses pays membres ont entrepris des réformes en faveur d’une immigration de travail qualifiée. Gilles Saint-Paul apporte un certain nombre d’éclairages théoriques sur les liens entre immigration et marché du travail, qui sont autant de réponses à des questions souvent négligées dans le débat social. Y-a-t-il un gain net à l’immigration pour le pays d’accueil ? Qui sont, parmi les natifs, les gagnants et les perdants des politiques migratoires ? Le rapport se poursuit par une analyse critique des nouveaux dispositifs législatifs français qui cherchent d’une part à assurer un réglage fin des besoins de main d’œuvre, et d’autre part à améliorer la qualité de cette main d’œuvre en attirant des travailleurs hautement qualifiés. L’auteur pointe un certain nombre de limites à ces politiques et développe plusieurs pistes qui abordent aussi bien la question des instruments économiques de sélection des immigrés, des liens entre immigration qualifiée et enseignement supérieur, que celle de l’immigration comme palliatif temporaire aux rigidités du marché du travail en France.

Ce rapport a été présenté à Monsieur Eric Besson mercredi 27 mai 2009.

ÉVÉNEMENT

festival itinERRANCE

FESTIVAL ItinERRANCE

du 05 au 07 juin 2009

aux Voûtes  , 19 rue des frigos, Paris 13ème

M° Bibliothèque F. Mitterrand (ligne 14)

Pour cette quatrième édition, nous avons choisi de ne plus définir le festival par une mention thématique. Non parce que s’épuiseraient les questions et les oeuvres travaillant les thèmes «exils et migrations» — ce dont pourra témoigner la journée du samedi — mais parce que nous souhaitions cette année insister sur l’idée suivante : un festival trouve avant tout sa forme dans le choix d’oeuvres singulières et dans les modalités (lieu, moment) de leur diffusion. Ainsi, nous avons construit cette édition en plusieurs «espaces-temps» favorisant, nous l’espérons, rencontres et questions. À chacune et chacun de définir son parcours à partir des propositions élaborées.

C’est la place que nous interrogeons encore et toujours.

Ou plutôt les possibilités de passage et de conjonction entre le siège occupé le temps d’une séance et l’espace public et politique (au coeur de la cité) dont de nouvelles formes surgissent à chaque aujourd’hui.

Place aux auteurs en mouvement, dont les oeuvres sont en train ; place à chacune et à chacun voulant partager des films tournés sur la route, un camion immobile au contenu mouvant, un atelier d’explorations.

ItinErrance essaiera cette année encore d’aménager aux Voûtes une aire dynamique de passage et de conjonction.

Une aire à investir.

PROGRAMME

Vendredi 5 juin

Soirée d’ouverture / vernissage des expositions

18h00 Projections spéciales Serguei Dvortsevoy (Parrain du festival) : Chastie, Le Jour du pain et Highway

21h00 Ciné-Concert – Balbazar : N.P.77, de Nesa Paripovic, film inédit

21h30 Concert de Balbazar, fanfare explosive au répertoire éclectique / soirée festive


Samedi 6 juin « Exils »

14h00 Get on Dakar – Sophie Perrin

15h30 Les Sénégalaises et  la Sénégauloise – Alice Diop

17H00 Mirages – Olivier Dury

18h30 No border et L’impossible – Pages arrachées (films inédits) – Sylvain George

20h00 Border – Laura Waddington

20h30 Le chant des oiseaux – Albert Serra

22h00 Concert de circonstance


Dimanche 07 juin  « Sur la route… »

14h00 Pictures from Life’s other Side – Jim McBride

15h00 On Hitler’s highway – Lech Kowalski

16h30 California Company Town – Lee Anne Chmitt

18h30 The Passenger – Aurélien Vernhes-Lermusiaux

19h30 A casa engraçada – Pascale Hannoyer

21h00 Inland – Tariq Teguia

EXPOSITIONS présentées du 5 au 7 juin

L’atelier des Yeux
Installation multimédia sur la réception de l’image documentaire (Voûte 1)
Des ailleurs
Quatre jeunes photographes questionnent la frontière entre écriture documentaire et plasticienne (Voûte 3)
Discours de chiotte (pour synthèse vocale)
Création poétique de David Christoffel. (Devinez où)
En camion…
Installation et diffusion de documentaires sonores, illustrés de photos. Partenariat avec Arte radio. (Jardin)
Paroles sans papiers
Exposition de B.D. Neuf auteurs, neuf témoignages, pour un panorama des situations d’exil et d’errance (Voûte 1)

—> Télécharger Le programme d’itinErrance 2009

COMMUNIQUÉ

cimade

Communiqué de presse – 03 juin 2009

Rétention administrative : le Conseil d’Etat consacre une véritable mission d’assistance juridique

Le Conseil d’Etat vient de rendre public l’arrêt attendu sur la requête déposée par La Cimade et neuf autres associations contre le décret du 22 août 2008 portant sur la rétention administrative.

Si le Conseil d’Etat a estimé que ce décret n’était pas illégal, sa décision confirme l’analyse du juge des référés du tribunal administratif de Paris qui suspendait, samedi 30 mai, les contrats et l’appel d’offres relatifs à la mission d’assistance des étrangers en rétention.

Le décret, précise le Conseil d’Etat, « (…) doit, au contraire, être compris, compte tenu de l’objectif poursuivi par le législateur, d’une part comme prévoyant que cette convention porte non seulement sur l’information mais aussi sur l’accueil et le soutien des étrangers, pour permettre l’exercice effectif de leurs droits, d’autre part, comme impliquant que l’Etat ne peut conclure une telle convention qu’avec des personnes morales présentant des garanties d’indépendance et de compétences suffisantes, notamment sur le plan juridique et social (…) ».

Bien que le Conseil d’Etat n’a pas repris à son compte l’ensemble des arguments développés par les associations, l’encadrement précis qu’il donne du décret porte sur le cœur même de la réforme. Il indique que la mission des associations en rétention doit être une mission d’aide juridique et ne peut se réduire à une mission d’information.

Après ces deux décisions de justice, La Cimade espère que les pouvoirs publics décideront de sortir d’une logique de confrontation. La Cimade appelle à nouveau le ministre de l’Immigration à ouvrir une véritable négociation avec les associations de défense des droits afin d’élaborer un dispositif pérenne qui permette, dans la concertation et l’apaisement, de garantir la qualité de l’assistance que les associations, ensemble, doivent apporter aux étrangers en rétention.

cimade

Communiqué de presse – 30 mai 2009

Le juge des référés du tribunal administratif de Paris a décidé aujourd’hui de faire droit à la requête de La Cimade en suspendant les contrats conclus, dans la précipitation, le 10 mai, par le ministre de l’Immigration.

Le juge a indiqué que les conditions étaient réunies pour prononcer cette suspension. Il indique, d’une part, qu’il y a urgence à prendre cette décision, compte tenu du risque d’atteinte à « l’intérêt public qui s’attache à ce que soit assuré l’exercice effectif de leurs droits par les étrangers ». Il ajoute que cette suspension ne menace pas la continuité du service puisque « le ministre a la faculté de conclure avec la Cimade, (…) un avenant prolongeant l’exécution de ce marché ». La Cimade, pour sa part, y est prête

Sur le fond, le tribunal indique, d’autre part, qu’en ne prévoyant qu’une mission d’information, « les prestations objet du marché, ainsi fixées par le ministre de l’Immigration, ne permettent pas d’atteindre, dans son intégralité, l’objectif fixé par le législateur (…) à savoir mettre les étrangers retenus à même d’assurer l’exercice effectif de leurs droits ».

La Cimade et ses partenaires prennent acte avec satisfaction de cette décision de justice: c’est la dénaturation de la mission associative d’assistance juridique des étrangers en une simple mission d’information qui est ainsi sanctionnée. C’est bien l’un des points majeurs qui fonde l’opposition des organisations de défense des droits de l’Homme à cette réforme engagée depuis le mois d’août 2008.

La Cimade demande au ministère de l’Immigration d’ouvrir de toute urgence une concertation avec les associations de défense des droits des étrangers, afin de dégager une solution permettant de garantir et de maintenir une réelle assistance juridique aux étrangers placés dans les centres de rétention administrative.

> Lire l’ordonnance du tribunal administratif de Paris (28 Mo)

La Cimade ne peut présager de la suite et appelle toujours à se mobiliser le 2 juin :

C’est pourquoi La Cimade et ses partenaires associatifs appellent tous les citoyens, les associations, les avocats et les syndicats à se mobiliser et à se rassembler le 2 juin pour affirmer ensemble « dehors ou dedans, nous restons aux côtés des étrangers ! ».

> En savoir plus et connaître les lieux de rassemblement

—> Pour comprendre précisément la situation.

—> Pour un rappel de l’historique de la réforme.

—> En complément :

CTpireDEMAIN

« Page précédente