juin 2009


COMMUNIQUÉ

CALAIS NO BORDER CAMP

camp no border

Du 23 au 29 juin à Calais se tiendra un camp pour la liberté de circulation pour tous et toutes et la fin des frontières et des contrôles migratoires / From 23th to 29th of june in Calais will be held a camp for freedom of movement for all and an end to borders and to all migration controls

Great demonstration on the 27th of june in Calais! / Grande manifestation à Calais le 27 juin !

Le camp No Border de Calais est un projet mené par des militantEs françaisEs et belges, et des groupes de soutien français en coopération avec le réseau No Borders britannique. Il vise à mettre en lumière la situation à Calais et dans le nord de la France, construire des liens avec les communautés de migrantEs, contribuer à développer les liens entre les groupes qui les soutiennent, et enfin défier les autorités sur le  terrain pour protester contre la répression croissante contre les migrantEs et les militantEs de la région. Le camp aura lieu dans le parc de la rue Normandie-Niemen dans l’est de Calais.

Le camp revendique la liberté de circulation pour tous et toutes, la fin des frontières et des contrôles migratoires. Nous appelons à un mouvement radical contre les systèmes de contrôle qui nous divisent entre citoyenNEs et non-citoyenNes, entre avec et sans papiers.

Nous nous situons dans la ‘tradition’ des camps No Border organisés dans le monde entier depuis une quinzaine d’années, à Strasbourg en 2002, en Angleterre en 2007, à la frontière américano-mexicaine ou en Ukraine en 2007, et nous sommes en lien avec le camp No Border de Lesbos d’août 2009… ChacunE est conviéE à se joindre au camp pour discuter et débattre de la question des frontières et de la liberté de circulation et d’installation, à imaginer et participer à des actions symboliques, vivre collectivement avec les migrantEs du Calaisis et les militantEs et participer à la grande manif du samedi 27 juin !

—> Télécharger l’appel.

—> Consulter le programme.

Publicités

FILM

LE CORPS INCARCÉRÉ

DOCUMENTAIRE DIFFUSÉ SUR LE SITE LE MONDE.FR

quatre témoignages

Ce documentaire se construit sur des témoignages mis en scène, des photographies illustrées par quatre parcours à la fois spécifiques, individuels et très représentatifs de ce qu’est la prison aujourd’hui.

Documentaire de Soren Seelow, Léo Ridet, Karim El Hadj, Bernard Monasterolo et Éric Dedier.

Témoignages d’Hugo, Hafed, Hélène et Djemel.

ÉVÉNEMENT

JOURNÉE MONDIALE DES RÉFUGIÉS

LE 20 JUIN

Réfugiés...

Pendant des années, plusieurs pays et régions ont célébré leur propre Journée des réfugiés, voire parfois leur semaine. L’une parmi les plus connue, c’est la Journée africaine des réfugiés, qui a été célébrée le 20 juin dans plusieurs pays.

En témoignage de solidarité avec l’Afrique, qui abrite le plus grand nombre de réfugiés, et envers qui elle a toujours montré une grande générosité, l’Assemblée générale des Nations Unies a adoptée la résolution 55/76 le 4 décembre 2000.

Dans cette résolution l’Assemblée générale a noté que l’année 2001 marquait le cinquantième anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et que l’Organisation de l’unité africaine (OUA) avait accepté que la Journée internationale des réfugiés coïncide avec la Journée du réfugié africain du 20 juin. L’Assemblée a décidé par conséquent qu’à compter de 2001, le 20 juin marquerait la Journée mondiale des réfugiés.

[Note: L’OUA a été remplacée le 9 juillet 2002 par l’Union Africaine.]

—> De nombreuses associations s’engagent pour cette journée : La Cimade, Amnesty international, etc.

—> Consulter à ce propos le site du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), ses photographies et ses vidéos.


ENQUÊTE

ENQUÊTE de PRISE DIRECTE

« À SAINT OUEN, DANS UN VILLAGE D’INSERTION AVEC LES RROMS »

prise directe

publié aussi sur

rue89

Simplement pour vous informer de cette enquête sur trois mois dans un village d’insertion.

Pas facile de pénétrer un village d’insertion. À l’abri des regards extérieurs, entouré d’une palissade en métal blanc, l’entrée en est gardée 24 heures sur 24 par un vigile. En principe, personne ne peut y entrer, à part les dix-huit familles roms de Roumanie qui y vivent depuis septembre 2008. Tous habitaient le bidonville de la zone industrielle de Saint-Ouen, ils font partie de rares personnes sélectionnées pour intégrer cette structure.

À leur disposition, des caravanes et un accompagnement administratif qui à terme doit les mener à l’accession au logement et à l’insertion professionnelle. En échange, ils s’engagent à apprendre le français, scolariser leurs enfants, et respecter le règlement interne du village. Pour s’y faire accepter et réaliser ce film, nous nous y sommes rendus régulièrement pendant trois mois. Nous souhaitions montrer leur vie quotidienne. La tâche était ardue.

Nous leur parlions de notre projet, avec les enfants comme interprètes. Peu d’entre eux semblaient emballés par la démarche. La méfiance vis-à-vis des médias demeure importante et nous arrivions quelques semaines après une équipe de M6. À force de visites et de persuasion, la confiance a fini par s’installer. Nous n’étions plus gênés d’aller leur parler, ils étaient de moins en moins réticents à nous répondre.

Résultat, des heures et des heures d’images et de témoignages, avec le dilemme de devoir supprimer des tranches de vie auxquelles nous avions assisté. De tout le temps passé sur place, le film restitue une journée type, enrichie d’événements particuliers comme la visite de l’ambassadeur de Roumanie, des interviews en tête-à-tête ou la collecte des loyers.

—> À ce propos, n’hésitez-pas à vous rendre sur le site de la Voix des Rroms, association de…

… Rroms qui avons pris l’initiative de parler un peu de nous mêmes. Non pas parce qu’on ne parle pas assez de nous, mais parce que… souvent ce sont les autres qui le font à notre place. Alors, on s’est dit que ce serait peut-être plus normal que nous-mêmes on s’exprime un peu plus. Voilà tout.

—> Il est possible aussi de relire mon ancien billet sur La situation de Rroms en France et en Europe.

ÉVÉNEMENT

COMPTE RENDU DU COLLOQUE ORGANISÉ PAR L’OIP

« UNE PRISON SANS PEINE, DES PEINES SANS PRISON »

OIP

Le colloque se déroule en pleine période de discussion sur le projet de réforme de la loi pénitentiaire.

Les participants se sont interrogés sur les orientations prises par la loi pénitentiaire et sur les actions qu’il fallait mener pour réformer la prison française.

En guise d’introduction, le colloque a commencé par la diffusion du film Près d’ici réalisé par l’OIP et Emmaüs.

Le film compare la population carcérale à la population d’une ville de 60 000 habitants dans laquelle les conditions de vie sont inacceptables avec de nombreux chiffres à l’appui.

Le colloque a été enregistré.

Théoriquement, l’enregistrement sera accessible dans les prochains jours sur le site internet de l’OIP mais vous pouvez d’ores et déjà télécharger un compte rendu, celui de Simon Lasserre. Grand merci à lui pour ce travail d’écoute et de retranscritption.

CHIFFRES

RAPPORT


« IMMIGRATION, QUALIFICATIONS ET MARCHÉ DU TRAVAIL »

discrimination

Le nombre d’immigrés en France est relativement stable depuis 20 ans.

proportion imigrés dans pop franc

Il y a 20 ans, on constatait une sur-représentation des hommes dans la population immigrée par rapport aux individus nés en en France, les natifs. Aujourd’hui, cette sur-représentation n’existe plus. La proportion d’hommes et de femmes dans les deux populations est similaire…

hommes femmes

Entre 1985 et 2005, le nombre de non-diplômés est largement supérieur dans la population immigrée que chez les natifs. Mais, chez les immigrés comme chez les natifs, le niveau d’éducation tend à s’accroître. Et en 2005, le nombre de personnes titulaires du baccalauréat est quasi identique chez les immigrés et chez les natifs. Pour les diplôme au moins égal à la licence, le nombre de titulaires immigrés dépassent même un peu celui des natifs.

education

En revanche, le taux de chômage est bien plus important dans la population immigrés. Il y a une forte sur-représentation des immigrés chômeurs : 18,3% de chômage contre 9,1% chez les natifs.

chomage

Plus de chômage mais aussi, des salaires plus faibles…

Par exemple, à caractéristiques observables identiques, les immigrés non diplômés gagnent moins que les natifs  non diplômés : 10% de moins pour les hommes et 17% de moins pour les femmes.

Il est possible de retrouver tous ces chiffres dans un rapport de Gilles Saint-Paul qui vient de nous être communiqué, intitulé « Immigration, qualifications et marché du travail ».

Ce rapport rappelle des chiffres qui étonnent…

Alors que la « politique migratoire française » est présentée comme devant favoriser une immigration par le travail,

Seulement 7 % des titres de séjours délivrés en 2005 correspondent à des motifs professionnels (cette part était de 28,2 % en 1997), contre près de 50 % pour des motifs familiaux (31,7 % en 1997)…

Ce rapport suggère aussi des pistes :

Il existe un bénéfice potentiel de l’immigration en tant que politique de main d’œuvre : les immigrés sont susceptibles d’avoir une mobilité géographique ou professionnelle plus grande que les natifs, ce qui permet de « fluidifier » le marché du travail du pays d’accueil en garantissant une élimination rapide des déséquilibres. Cette logique peut être transposée au plan européen […]

L’auteur, Gilles saint-Paul, nous commente ainsi son rapport :

La question migratoire est devenue un enjeu majeur de la politique de l’Union européenne et la plupart de ses pays membres ont entrepris des réformes en faveur d’une immigration de travail qualifiée. Gilles Saint-Paul apporte un certain nombre d’éclairages théoriques sur les liens entre immigration et marché du travail, qui sont autant de réponses à des questions souvent négligées dans le débat social. Y-a-t-il un gain net à l’immigration pour le pays d’accueil ? Qui sont, parmi les natifs, les gagnants et les perdants des politiques migratoires ? Le rapport se poursuit par une analyse critique des nouveaux dispositifs législatifs français qui cherchent d’une part à assurer un réglage fin des besoins de main d’œuvre, et d’autre part à améliorer la qualité de cette main d’œuvre en attirant des travailleurs hautement qualifiés. L’auteur pointe un certain nombre de limites à ces politiques et développe plusieurs pistes qui abordent aussi bien la question des instruments économiques de sélection des immigrés, des liens entre immigration qualifiée et enseignement supérieur, que celle de l’immigration comme palliatif temporaire aux rigidités du marché du travail en France.

Ce rapport a été présenté à Monsieur Eric Besson mercredi 27 mai 2009.

ÉVÉNEMENT

festival itinERRANCE

FESTIVAL ItinERRANCE

du 05 au 07 juin 2009

aux Voûtes  , 19 rue des frigos, Paris 13ème

M° Bibliothèque F. Mitterrand (ligne 14)

Pour cette quatrième édition, nous avons choisi de ne plus définir le festival par une mention thématique. Non parce que s’épuiseraient les questions et les oeuvres travaillant les thèmes «exils et migrations» — ce dont pourra témoigner la journée du samedi — mais parce que nous souhaitions cette année insister sur l’idée suivante : un festival trouve avant tout sa forme dans le choix d’oeuvres singulières et dans les modalités (lieu, moment) de leur diffusion. Ainsi, nous avons construit cette édition en plusieurs «espaces-temps» favorisant, nous l’espérons, rencontres et questions. À chacune et chacun de définir son parcours à partir des propositions élaborées.

C’est la place que nous interrogeons encore et toujours.

Ou plutôt les possibilités de passage et de conjonction entre le siège occupé le temps d’une séance et l’espace public et politique (au coeur de la cité) dont de nouvelles formes surgissent à chaque aujourd’hui.

Place aux auteurs en mouvement, dont les oeuvres sont en train ; place à chacune et à chacun voulant partager des films tournés sur la route, un camion immobile au contenu mouvant, un atelier d’explorations.

ItinErrance essaiera cette année encore d’aménager aux Voûtes une aire dynamique de passage et de conjonction.

Une aire à investir.

PROGRAMME

Vendredi 5 juin

Soirée d’ouverture / vernissage des expositions

18h00 Projections spéciales Serguei Dvortsevoy (Parrain du festival) : Chastie, Le Jour du pain et Highway

21h00 Ciné-Concert – Balbazar : N.P.77, de Nesa Paripovic, film inédit

21h30 Concert de Balbazar, fanfare explosive au répertoire éclectique / soirée festive


Samedi 6 juin « Exils »

14h00 Get on Dakar – Sophie Perrin

15h30 Les Sénégalaises et  la Sénégauloise – Alice Diop

17H00 Mirages – Olivier Dury

18h30 No border et L’impossible – Pages arrachées (films inédits) – Sylvain George

20h00 Border – Laura Waddington

20h30 Le chant des oiseaux – Albert Serra

22h00 Concert de circonstance


Dimanche 07 juin  « Sur la route… »

14h00 Pictures from Life’s other Side – Jim McBride

15h00 On Hitler’s highway – Lech Kowalski

16h30 California Company Town – Lee Anne Chmitt

18h30 The Passenger – Aurélien Vernhes-Lermusiaux

19h30 A casa engraçada – Pascale Hannoyer

21h00 Inland – Tariq Teguia

EXPOSITIONS présentées du 5 au 7 juin

L’atelier des Yeux
Installation multimédia sur la réception de l’image documentaire (Voûte 1)
Des ailleurs
Quatre jeunes photographes questionnent la frontière entre écriture documentaire et plasticienne (Voûte 3)
Discours de chiotte (pour synthèse vocale)
Création poétique de David Christoffel. (Devinez où)
En camion…
Installation et diffusion de documentaires sonores, illustrés de photos. Partenariat avec Arte radio. (Jardin)
Paroles sans papiers
Exposition de B.D. Neuf auteurs, neuf témoignages, pour un panorama des situations d’exil et d’errance (Voûte 1)

—> Télécharger Le programme d’itinErrance 2009

Page suivante »