ÉVÉNEMENT

FESTIVAL MIGRANT SCÈNE ORGANISÉE PAR LA CIMADE

Quand les États sont en crise, les étrangers, accusés de tous les maux, voient leurs droits restreints, leur dignité remise en cause. Pourtant l’expérience migratoire, à l’intersection de l’intime et du collectif, forge et alimente nos sociétés. Elle est au coeur de ce que nous sommes, de nos identités multiples et plurielles. La Cimade, créée en 1939 pour venir en aide aux populations déplacées par la guerre, est une association de solidarité active avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile. Avec ses partenaires à l’international et dans le cadre de ses actions en France et en Europe, elle agit pour le respect des droits et la dignité des personnes. Pour provoquer la rencontre et le dialogue, mais aussi pour fêter les migrations, La Cimade présente pour la troisième année migrant’scène, festival culturel sur les migrations qui aura lieu du 15 au 30 novembre 2008, dans une quinzaine de villes en France.

cette année :

MOUVEMENTÉES, LES FEMMES MIGRANTES ONT LA PAROLE

On compte plus de 200 millions de migrants dans le monde…. et presque la moitié sont des femmes. La migration féminine vit une révolution silencieuse. Les femmes ne migrent plus seulement pour rejoindre leur famille. Elles se déplacent pour travailler, quitter un contexte politique ou social, étudier, élargir leurs horizons. Nombreuses sont celles qui partent, dans leur région d’origine ou en changeant de continent, pour pourvoir aux besoins économiques de leur famille. Elles se déplacent, donc, comme les hommes. Et pourtant, aux différentes étapes de leur parcours, sur la route, ici et là-bas, elles sont confrontées à des difficultés particulières, du fait de la nature des rapports entre hommes et femmes. Parce qu’elles sont femmes et étrangères, ces femmes sont placées en position défavorable. Et cependant, elles combattent, assument de lourdes responsabilités, relèvent de nombreux défis. Nous avons choisi, pour l’édition 2008 du festival de donner à entendre les récits de ces reines sans couronne. Pour donner corps à ces histoires, le festival fera se rencontrer et se croiser des témoignages, des débats et des formes artistiques plurielles.

—> Marraine de l’événement : Madjiguène Cissé

Madjiguène Cissé en 1997 pour le premier film des Cinéastes pour les sans-papiers.

À Saint-Bernard, en 1996, on l’appelait la « sans-papière ». Avec d’autres, elle occupait l’Eglise et se battait pour la construction du mouvement des sans-papiers. On lui a proposé une régularisation individuelle. Elle a refusé et est repartie au Sénégal. Elle y a fondé le réseau des femmes pour le développement durable en Afrique (REFDAF) qui lutte pour l’autonomie sociale et économique des femmes sénégalaises. Madjiguène sait établir du lien. Entre l’Europe et l’Afrique. Mais aussi entre des combats qui souvent paraissent dissociés. Elle défend avec la même force l’égalité des droits entre hommes et femmes qu’entre étrangers et autochtones. Elle se bat pour le développement des pays africains et l’invention, en Europe, d’une véritable politique d’hospitalité. Marraine du festival, Madjiguène sera présente en France pendant toute sa durée et interviendra à Paris, Marseille, Aurillac, Toulouse, Dijon, Besançon et Nantes.

—> retrouvez toutes les informations sur le site migrantscene.org… Entre autres, la programmation en Ile-de-France, à Paris et ailleurs en France (région sud-ouest, région centre, Dijon).