Depuis ma première lecture de Surveiller et punir (ouvrage de Michel Foucault, 1975, éditions Gallimard), il est certain que je pense différemment, réfléchis autrement et me questionne davantage. Chacun ses détonateurs…

Ayant par la suite construit ma thèse autour de ce philosophe et de son investigation sur les prisons, je me suis intéressée de près aux archives du Groupe d’Information sur les Prisons. Et de fait, au monde carcéral contemporain…

« Peu d’informations se publient sur les prisons ; c’est l’une des régions cachées de notre système social, l’une des cases noires de notre vie. Nous avons le droit de savoir, nous voulons savoir ». [Extrait du Manifeste du GIP annonçant sa création le 8 février 1971, signé par Jean-Marie Domenach, Michel Foucault et Pierre Vidal-Naquet]

Depuis plus d’un an maintenant, je m’intéresse plus précisément aux conditions de vie des migrants, en France et en Europe. Pourquoi l’immigré est-il si souvent assimilé au clandestin ? Pourquoi notre époque criminalise-t-elle autant l’étranger ? Comment valoriser aujourd’hui la notion d’hospitalité si chère à René Schérer par exemple ? Devant les nouvelles réglementations du CESEDA en France et face aux récentes directives européennes, il est indispensable de s’interroger et d’essayer de comprendre. Les informations que l’on nous transmet sont souvent trompeuses ou incomplètes…

Face à l’absence de véritable « politique » pénitentiaire et au danger que représentent, à mon sens, certaines lois (comme la récente rétention de sûreté), devant la banalisation de l’enfermement de l’étranger et la xénophobie des États, il est nécessaire d’informer, de communiquer et de mobiliser : voilà la raison d’être de ce blog.

Nous parlerons donc ici de prisons et de « centres » de rétention…

Détention, rétention, migration : voilà les thèmes que j’aborderai ici…

J’aimerais, dans ce blog, vous transmettre des informations sur ces zones d’ombre. Nous pourrons lire des témoignages, nous référer à des études rigoureuses, à des articles de journaux, etc.

Bien évidemment, nul ne peut prétendre à l’exhaustivité mais j’espère que cet espace pourra contribuer à ce que l’information soit une lutte.